• 7°C Page météo
  • FR EN NL

Nos Petites Cités de Caractère ®

Nous avons la chance d’en avoir trois dans la Côte des Bar ! Mais attendez… C’est quoi une Petite Cité de Caractère® au juste ?
Si vous n’êtes pas familier avec le concept, les Petites Cités de Caractère est un projet qui a vu le jour dans les années 70 dans le but de mettre en valeur des petites communes jugées atypiques par leur histoire et leur patrimoine. L’objectif : sauvegarder ce patrimoine afin de développer la commune elle-même !

Vous pouvez donc vous attendre à rentrer dans une véritable bulle temporelle : des points d’intérêt à chaque coin de rue, des bâtiments anciens, des histoires et des anecdotes à écouter, et des animations à découvrir. Vous l’aurez compris : le patrimoine est mis à l’honneur, valorisé et animé, le tout pour accueillir les visiteurs comme il se doit.
Si ce beau programme vous intéresse, n’hésitez plus et allez visiter les communes de Mussy-sur-Seine, Les Riceys et Bar-sur-Seine, toutes trois Petites Cités de Caractère de la Côte des Bar. Et si ça ne vous suffit pas, on en a même une quatrième non loin : Ervy-le-Châtel !
La commune d’Essoyes est également en cours d’homologation.

Une Petite Cité de Caractère® s’engage à proposer à la découverte de tous un patrimoine remarquable, valorisé et animé, le tout dans une démarche d’accueil de qualité du visiteur
Une Petite Cité de Caractère® « homologable »  est une commune engagée dans ces actions mais qui doit encore mettre en œuvre des dispositifs d’accueil du visiteur et de valorisation patrimoniale essentiels, pour obtenir son statut d’homologuée.

Laissez-nous vous présenter nos Petites Cités de Caractère®

Mussy-sur-Seine

Aux portes de la Champagne et de la Bourgogne, nichée dans un méandre de la Seine, Mussy-sur-Seine abrite l’un des plus riches patrimoines de l’Aube.
Village gallo-romain puis bourg médiéval fortifié par la volonté des seigneurs du lieu, les évêques de Langres, la cité conserve de nombreux témoignages
de son passé, ou plutôt de ses passés : médiéval, résistant et industriel.
Dans son lacis de ruelles pittoresques menant à la Seine, vous rencontrerez des maisons anciennes enchevêtrées et les vestiges des anciens remparts
enserrant le bourg depuis le XIIe siècle dont l’impressionnante tour du Boulevard (XVe ). Au cœur de la cité, la Collégiale du XIIIe siècle surprend par
ses proportions dignes d’une petite Cathédrale. Le grenier à sel du XIVe siècle ou encore la glacière des évêques sont aussi remarquables.
Si ces curiosités témoignent d’un passé médiéval mouvementé, son écrin de verdure se souvient de l’été 44 et de l’attaque du Maquis Montcalm, dont
l’histoire est contée dans le Musée de la Résistance de l’Aube, récemment restauré.

Les Riceys

Situés à l’extrême sud de la Champagne, à la frontière de la Bourgogne, au cœur de la Côte des Bar et s’étirant le long de la vallée viticole de la Laigne, les 3
bourgs réunifiés à la Révolution qui constituent aujourd’hui les Riceys possèdent chacun leur église Renaissance classée.
Il y a Ricey-Bas, Ricey-Haute Rive et Ricey-Haut.
L’ensemble présente une richesse patrimoniale exceptionnelle et d’une unité surprenante. La création successive de ses trois villages ayant acquis chacun
une forte identité, entraîna une certaine émulation entre les communautés, qui relevaient pourtant de la même paroisse, d’où ces églises imposantes, aujourd’hui classées au titre des Monuments Historiques.
Son patrimoine architectural est particulièrement riche et préservé, grâce notamment à son histoire, à la qualité de la pierre calcaire utilisée, à sa situation
privilégiée en dehors des zones de guerre et au style très spécifique de ces maisons de vignerons. La commune ne compte pas moins de deux châteaux, un
pigeonnier, six chapelles, sept lavoirs et une halle aux dimensions imposantes, sans parler des dix-huit cadoles et des innombrables maisons de vignerons,
toutes vêtues de pierre blanche, dont les plus anciennes remontent à la Renaissance.

Bar-sur-Seine

Cette riante bourgade aux façades colorées vous ouvre les portes du vignoble de la Côte des Bar.
Bar-sur-Seine a longtemps été ballottée entre le Duché de Champagne et le Comté de Bourgogne. De sa prospérité des XVIe et XVIIe siècles, elle a su préserver un centre-ville intéressant. La rue principale est bordée de maisons à pans de bois. La plus remarquable est la Maison Renaissance reconnaissable à sa statue Saint-Roch. L’église Saint-Etienne est célèbre pour ses vitraux XVIe et sa statuaire.
Le long de la Seine, la Promenade du Croc Ferrand permet d’admirer les Cadoles entourées de jardinets.
Un chemin à flanc de coteau mène à la Tour de l’Horloge, vestige du château médiéval.
A proximité, la ville conserve également de la période Templière une Commanderie dont la chapelle datant du XIIe siècle est parfaitement conservée. Au XIVème siècle, les Templiers sont remplacés par les Chevaliers de l’Hôpital, puis par les Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem. Le logis est attribué a Jean de Choiseul, commandeur de 1513 à 1528.
La chapelle néo-gothique Notre-Dame-du-Chêne est quant à elle bâtie sur un lieu de pèlerinage très ancien.

Essoyes

A la frontière de la Champagne Sud et de la Bourgogne, Essoyes est un charmant village entouré de vignes, de champs et de forêts.
Au fil de ses rues pittoresques, vous rencontrerez de belles demeures en pierre. Quelques maisons en pans de bois bordent les rives de l’Ource, un affluent de la Seine aux eaux transparentes, poissonneuses et «aux reflets d’argent» comme le disait si bien le peintre Pierre-Auguste Renoir (1841-1919).
En effet, Essoyes est également le village dont était originaire Aline Charigot, modèle puis épouse du peintre. Il y acheta une maison, aujourd’hui ouverte à la visite. Au fond du jardin, il se fit installer son atelier. Pendant une trentaine d’années, la famille y passa ses étés. Nombreux sont les souvenirs relatés par Jean Renoir. La famille se plaît à Essoyes, si bien qu’ils choisiront tous d’y être inhumés.